Panorama des relations publiques et des relations presse

Présentation de l’Agence Réflexion Publique

Agence de RP Réflexion Publique

Global Tech Group

L’Agence Réflexion Publique est à la fois spécialisée dans les relations presse et  l’évènementiel du  marché des nouvelles technologies. Initialement nommée « ComVitamine », Réflexion Publique a été crée en 1990 par Philippe Carrère et Véronique Sarazin.

Elle fait désormais partie du Global Tech PR Group, un réseau international d’agences indépendantes, fondé en 2005. Toutes expertes dans le domaine nouvelles technologies, elles proposent des campagnes RP et social media à travers le monde (France, Espagne, Italie, Angleterre, Portugal, Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle Zélande, Amérique du Sud…)

Réflexion Publique

Réflexion Publique est l’unique agence du Global Tech Group basée en France. Depuis 20 ans, elle s’est illustrée dans l’accompagnement et l’acquisition de notoriété, d’acteurs majeurs du secteur des nouvelles technologies en assurant leur promotion auprès du grand public et des professionnels.

On retrouve parmi ses clients les plus importants des marques telles que Logitech, fabricant de solutions matérielles et logicielles visant à améliorer la navigation numérique, le divertissement musical et vidéo, les jeux, les réseaux sociaux, la communication audio et vidéo par Internet, la vidéosurveillance et le contrôle des équipements multimédias, TeamViewer, l’un des fournisseurs de solutions de prise de contrôle à distance et de présentation en ligne les plus populaires au monde ou encore Bowers & Wilkins, spécialiste de l’équipement audio haut de gamme et Quobuz qui propose des abonnement audio streaming haute gamme.

Elle compte aujourd’hui plus d’une quinzaine de clients dont certains sont spécialisés dans l’internet des objets, secteur en plein essor, tel que Fitbit (sur le marché du traker d’activité connecté) ou bien Myfox (secteur de la sécurité de maison connectée).

Le personnel se composait à mon arrivé de huit personnes, dont trois stagiaires, et des professionnels des relations publiques. Leurs activités s’étendent également à la mise en place d’évènements, de stratégie de social média et la création de brand content.

Au début de mon stage, l’agence c’est vu dans l’obligation budgétaire de ne pas renouveler les contrats avec 2 collaborateurs et a vu son effectif diminué progressivement En effet, l’activité de l’agence à fortement diminué depuis le départ du client historique «Logitech ».

A mon départ, l’agence a digéré cette perte grâce à l’arrivée de 3 nouveaux clients depuis la rentrée (Blue microphones, PNJcam et Catphones), ainsi, l’agence a pu embaucher 3 nouvelles collaboratrices dont 2 contrats pros.

Chacun possède son propre parcours mais la plupart du personnel est issu de renouvellement de stage, de contrat pro ou de CDD.

Les concurrents de l’agence

Le secteur des RP se réduit en France. Celles-ci laissent place, de plus en plus, à des agences de communication dans lesquelles les RP sont directement intégrées comme l’agence Boracay.

L’existence de concurrents tels que les agences Wellcom, Yucatan, Warning Up, C3M, Lewis RP, l’agence rouge ou encore l’agence spirale incite l’Agence Réflexion Publique à faire preuve de dynamisme sur le marché du High Tech.

En effet, en Aout dernier, l’agence Wellcom a remporté la compétition lancée par Logitech. Un client de l’agence depuis plus de 15 ans. L’agence ne semble pas être assez compétitive en ce qui concerne la transition du numérique. A contrario, notre agence, conserve une très vaste base de données sur le profil des journalistes grâce  à son ancienneté et sa notoriété dans ce secteur.

L’agence réflexion publique se différencie également  par son expérience.

Global Tech Group

L’Agence Réflexion est à la fois spécialisée dans les relations presse et  l’évènementiel du  marché des nouvelles technologies. Initialement nommée « ComVitamine », Réflexion Publique a été crée en 1990 par Philippe Carrère et Véronique Sarazin.

Elle fait désormais partie du Global Tech PR Group, un réseau international d’agences indépendantes, fondé en 2005. Toutes expertes dans le domaine nouvelles technologies, elles proposent des campagnes RP et social media à travers le monde (France, Espagne, Italie, Angleterre, Portugal, Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle Zélande, Amérique du Sud…)

Réflexion Publique

Réflexion Publique est l’unique agence du Global Tech Group basée en France. Depuis 20 ans, elle s’est illustrée dans l’accompagnement et l’acquisition de notoriété, d’acteurs majeurs du secteur des nouvelles technologies en assurant leur promotion auprès du grand public et des professionnels.

On retrouve parmi ses clients les plus importants des marques telles que Logitech, fabricant de solutions matérielles et logicielles visant à améliorer la navigation numérique, le divertissement musical et vidéo, les jeux, les réseaux sociaux, la communication audio et vidéo par Internet, la vidéosurveillance et le contrôle des équipements multimédias, TeamViewer, l’un des fournisseurs de solutions de prise de contrôle à distance et de présentation en ligne les plus populaires au monde ou encore Bowers & Wilkins, spécialiste de l’équipement audio haut de gamme et Quobuz qui propose des abonnement audio streaming haute gamme.

Elle compte aujourd’hui plus d’une quinzaine de clients dont certains sont spécialisés dans l’internet des objets, secteur en plein essor, tel que Fitbit (sur le marché du traker d’activité connecté) ou bien Myfox (secteur de la sécurité de maison connectée).

Le personnel se composait à mon arrivé de huit personnes, dont trois stagiaires, et des professionnels des relations publiques. Leurs activités s’étendent également à la mise en place d’évènements, de stratégie de social média et la création de brand content.

Au début de mon stage, l’agence c’est vu dans l’obligation budgétaire de ne pas renouveler les contrats avec 2 collaborateurs et a vu son effectif diminué progressivement En effet, l’activité de l’agence à fortement diminué depuis le départ du client historique «Logitech ».

A mon départ, l’agence a digéré cette perte grâce à l’arrivée de 3 nouveaux clients depuis la rentrée (Blue microphones, PNJcam et Catphones), ainsi, l’agence a pu embaucher 3 nouvelles collaboratrices dont 2 contrats pros.

Chacun possède son propre parcours mais la plupart du personnel est issu de renouvellement de stage, de contrat pro ou de CDD.

Les concurrents de l’agence

Le secteur des RP se réduit en France. Celles-ci laissent place, de plus en plus, à des agences de communication dans lesquelles les RP sont directement intégrées comme l’agence Boracay.

L’existence de concurrents tels que les agences Wellcom, Yucatan, Warning Up, C3M, Lewis RP, l’agence rouge ou encore l’agence spirale incite l’Agence Réflexion Publique à faire preuve de dynamisme sur le marché du High Tech.

En effet, en  aout dernier, l’agence Wellcom a remporté la compétition lancée par Logitech. Un client de l’agence depuis plus de 15 ans. L’agence ne semble pas être assez compétitive en ce qui concerne la transition du numérique. A contrario, notre agence, conserve une très vaste base de données sur le profil des journalistes grâce  à son ancienneté et sa notoriété dans ce secteur.

L’agence réflexion publique se différencie également  par son expérience.

Les relations publiques et son marché

Les relations publiques sont une format de communication institutionnelle. D’après E-marketing.fr Elles regroupent l’ensemble des moyens utilisés et des opérations menées par une entreprise pour se faire connaître et pour créer, puis entretenir une image favorable d’elles-mêmes. Les différents publics concernés sont les consommateurs, les partenaires financiers, les leaders d’opinion, les actionnaires, les pouvoirs publics, les fournisseurs, les distributeurs, les employés, les syndicats, les enseignants, les étudiants, la presse…

Ces moyens comprennent en particulier les communiqués, les dossiers et conférences de presse, la participation à des expositions, l’organisation de débats, de déjeuners presse, de tables rondes, de road-shows, de congrès, la diffusion de lettres d’information, de rapports d’activités, de brochures et de dossiers thématiques, la participation à des actions de sponsoring ou de mécénat…

 Les relations presses

Les relations presse sont une forme particulière de communication, ayant pour cible précise les journalistes, et pour objectif l’obtention de retombées rédactionnelles favorables à l’entreprise ou au produit promu par cette dernière.

Les relations presse constituent la seule technique de communication permettant de diffuser la totalité des messages émanant directement de l’entreprise et  de véhiculer l’ensemble des valeurs qui font son image. Elles sont le complément indispensable de toutes les actions de communication dont elles prolongent et amplifient l’impact. D’autre part, dans les situations de crise, les relations presse sont le premier moyen de réagir et demeurent le plus efficace. Il est donc essentiel de les exploiter dans une stratégie de communication globale, et ce de façon judicieuse et rigoureuse.

Depuis quelques années, les relations presse ont vu apparaitre une nouvelle composante à travers l’importance des bloggeurs. En effet,  l’objectif est d’obtenir des post favorables, sur des blogs ciblés. C’est un enjeu important des relations presse car dans certains secteurs, en particulier ceux de la mode, de la beauté et des High-tech, les bloggeurs peuvent avoir une proximité lecteurs et une audience supérieure à certains titres de presse spécialisée.

Cette dernière fait l’objet d’une mutation significative des  métiers des relations presse. Le web ayant pris une place conséquente, il est désormais nécessaire de maitriser le digital et ses outils de communication.

Le marché des RP

Comme d’autres secteurs,  le monde des médias a connu bien des évolutions et il a toujours su s’adapter : la presse écrite a survécu à l’arrivée de la radio qui, elle-même a trouvé sa place aux côtés de la télévision. Depuis l’arrivée d’internet, ce métier a beaucoup changé. Plusieurs éléments laissent penser que cette fois-ci l’évolution est plus profonde et complexe car il s’est produit un changement à grande vitesse.

D’abord, l’évolution du phénomène : quand il a fallu 38 ans à la radio pour atteindre 50 millions d’auditeurs et 13 ans à la télévision pour atteindre 50 millions d’utilisateurs, il a suffi de 4 années à Internet pour atteindre 50 millions de personnes et quelques mois à Facebook pour compter 100 millions d’adeptes…

Ensuite, la multiplication des intervenants : les journalistes ne sont plus les seuls interlocuteurs des professionnels des RP. Et surtout, il existe une interactivité inenvisageable, il y a seulement quelques années.

Les  entreprises et organisations  ne peuvent plus se contenter de « diffuser » leurs messages ; elles doivent changer de posture et « converser » avec leur public. Le marché des RP 2012 montre  des niveaux d’honoraires stables, voire à la hausse,  selon 96% des professionnels internationaux des RP interrogés par L’ICCO (The International Communications Consultancy Organisation).  En effet, depuis 2012, 41% d’entre eux se montrent plus prudents en prévoyant des niveaux d’honoraires stables. Les disciplines qui bénéficieront de cette embellie sont : la communication digitale (68%), la communication de crise (65%), la stratégie et communication corporate (59%).

Statuts de lAgence de Presse

On peut se demander quelles différences y a t’il entre une agence de relation presse et une agence de communication – marketing classique ?

Les relations presse comme d’autres moyens de communiquer, sont des outils. Il convient de les intégrer dans un plan de communication pour en maximiser les retombées. Les RP permettent de faire connaître les différentes étapes d’un plan de communication.

Parfois,  une mise en scène, un événement, un déjeuner ou un diner sont indispensables pour attirer les journalistes. Moins de journalistes disponibles, un nombre de sollicitations en augmentation obligent aujourd’hui à se différencier par l’originalité et  l’ingéniosité afin de les séduire et les faire venir à une conférence de presse. Il y a 10 ans une bonne info suffisait à faire se déplacer une vingtaine de personnes, aujourd’hui, une scénographie d’une conférence de presse est souvent indispensable pour attirer les journalistes concernés par une information.

En effet, depuis deux ans, le métier des relations presse subit une évolution assez radicale. Déjà fortement transformé par l’arrivée d’internet, cette profession est aujourd’hui en train de basculer vers un type de relations que l’on peut qualifier de marketing. Cette tendance est clairement ressentie sur notre site.

Aujourd’hui, la plupart des personnes qui diffusent des communiqués de presse ne sont plus des agences de relations presse, mais plutôt des agences de marketing ou de référencement. La priorité exprimée par les annonceurs ou les entreprises, expéditrices du communiqué de presse n’est plus d’atteindre les journalistes, mais de toucher directement leurs cibles sans passer par les journalistes. Ceux-ci sont garants de la véracité des informations. Leur métier est de contrôler les sources, comparer l’information et la vérifier. C’est vital dans un domaine où la circulation de l’information ne peut être contrôlée.

On constate que progressivement, ces activités tendent à se ressembler car les agences de communication mettent en place un service de RP généralement digitales.

Elles représentent donc une possibilité de délivrer un  message, défini par l’entreprise, détaillé, précisé et cohérent, en ciblant différents publics. L’autre avantage  des relations publiques réside dans le fait  qu’elles font porter ce message par  des intermédiaires d’influence (journalistes,  experts, leaders d’opinion…), ce qui renforce la valeur de la marque, son impact et sa crédibilité.

D’après Greg Manset, journaliste et foudateur de categorynet.com, les représentants des marques ont bien compris l’importance des  “RP” puisqu’elles représentent 5,5% des investissements en communication  des annonceurs,  soit  1,738 milliards d’euros. C’est un secteur porteur car il développe la confiance  entre  une  entreprise et  ses publics. Toutefois,  il rencontre certaines  difficultés liées, aux  mutations sociales,    économiques et technologiques.

Le nom « relations publiques », la traduction française de « public relations » a été revisité pas les professionnels du secteur. Ce changement d’appellation tend à transcrire la réalité d’un métier consistant à penser, nourrir et orchestrer les relations d’une entreprise ou d’une marque, avec l’ensemble de ses publics.

De plus le marché est doté d’une grande disparité de métiers et d’acteurs : attachéS de presse indépendants, bureaux de presse, agences de conseil, spécialistes des relations médias et communication corporate… Autant de cellules professionnelles différentes qui concourent à complexifier un secteur aux enjeux marketing majeurs.

Cette complexité est en partie due à la diversification du métier. Les changements économiques, sociaux et technologiques imposent aux agences de développer leur expertise et d’étendre leurs qualifications. Désormais, en plus d’entretenir la relation avec les publics, certaines font également du brand content, de la création, du consulting, du digital social media…

« C’est la seule discipline qui sait gérer la complexité. Elle est particulièrement adaptée aux secteurs de l’énergie, de la santé, de l’environnement ou des nouvelles technologies », Thierry Wellhoff, président de Syntec conseil en relations publiques.

 Agence de Relation Presse

Définition des nouvelles technologies

L’entreprise au sein de laquelle j’ai évolué ces derniers mois étant spécialisée dans les nouvelles technologies, il est nécessaire, pour la replacer dans son contexte, d’en faire un panorama rapide.

Les nouvelles technologies désignent vulgairement les domaines des hautes technologies, ou « technologies de pointe », et des nouvelles techniques de l’information et de la communication ou « NTIC ».

Les hautes technologies, connues sous l’anglicisme « high-tech » sont des techniques considérées comme plus avancées qu’à une époque donnée. Les domaines communément acceptés comme de la « haute technologie »  sont l’aérospatiale, la biotechnologie, les technologies de l’information, les nanotechnologies et la robotique.

Les nouvelles techniques de l’information et de la communication regroupent les techniques principalement de l’informatique, de l’audiovisuel, des multimédias, d’internet et des télécommunications qui permettent aux utilisateurs de communiquer, d’accéder aux sources d’information, de stocker, de manipuler, de produire et de transmettre l’information sous toutes les formes.

Récemment, un rapport du cabinet McKinsey a dressé un rapport des 12 secteurs les plus porteurs des nouvelles technologies, parmi lesquelles sont le Big Data +20 %, l’internet mobile, le cloud, l’impression 3D, les énergies renouvelables ou encore les voitures automatisées.

Toutefois, l’industrie des nouvelles technologies devrait accuser une baisse de 1% en 2014, passant de 1.068 milliards de dollars en 2013 à 1.055. Cette diminution de la consommation devrait être davantage marquée dans les pays développés, qui vont accuser un recul de 4%.

Besoin d’en savoir plus sur mon stage chez Réflexion Publique ? Retrouvez mon rapport détaillé